Pour répondre à un appel à projet émanant de la Direction départementale du Jura, autour du thème du vieillisement, deux ateliers ont été proposés à une dizaine de personnes au sein du GEM de Saint-Claude sur une période de 6 mois.
Dans un premier temps, lors de l'atelier écriture encadré par une psychologue, les participants ont imaginé et réécrit de nouvelles aventures au personnage de Dorian Gray (héros du livre d'Oscar Wilde, "Le portrait de Dorian Gray") puis mis en image ce récit lors des ateliers d'art thérapie.

Au travers des ateliers artistiques destinés à illustrer "Le voyage de Dorian Gray", nous avons abordé de nombreuses techniques en lien avec les empreintes du temps, celles qui façonnent de façon irrémédiable notre vie, notre chair, nos émotions.... Les apparences fragiles de notre image que nous voudrions tant maîtriser...
L'idée était de proposer un voyage artistique, créatif, dans l'expérimentation de ces matériaux mais aussi un voyage intérieur telle une porte ouverte sur de nouveaux potentiels que chacun a pu s'approprier au fil des séances.
Soutenir, accompagner cette découverte et aussi l'émergence de ces oeuvres pour mettre en image l'Inde, la Tunisie, la Chine... et bien sûr l'artiste en sa personne !

-Les cartes à gratter nous ont permis d'explorer les profondeurs lumineuses derrière la surface noire et neutre,
-Les moulages en plâtre sont, en négatif, des empreintes que nous avons réalisés au préalable dans l'argile, tels des fossiles, en se servant de matériaux naturels, parfois infimes.
-Les frottages (pour la calligraphie chinoise) réalisés aux pastels sont des prélèvements d'une multitude de matières, d'objets banals qui révèlent par leurs empreinte des facettes insoupçonnées.
-Les encres nous ont permis d'expérimenter le lâcher prise : accepter la tâche et se laisser guider par l'eau, pénétrer les nuances de gris... dans l'élaboration d'un vaste paysage.
-Enfin, le métal à repousser nous rappelle l'idée du miroir avec sa surface réfléchissante. Noirci à l'encre de chine qui lui donne une patine ancienne, il évoque le laiton oxydé par le temps. Bosselé, déformé par les accidents, l'oeuvre du temps, pour faire apparaître au final une image de la sagesse, de la réincarnation ou encore un symbole de la philosophie chinoise ou boudhiste.

Un voyage au travers du temps dans ce qu'il peut nous apporter de plus beau, quand ses stigmates deviennent richesses.
L'ensemble de toutes ces productions (écritures et réalisations plastiques) ont été réunies en un livre tiré à une centaine d'exemplaires. Deux expositions (mairie d'Arbois et médiathèque de Saint Claude) ont également accueilli ce projet pour le présenter au grand public.







  1    2  
Diaporama